LE MUSÉE DE CONFLUENCES DANS LA CLASSE!

Video. Le MUSÉE DE CONFLUENCES DANS LA CLASSE! . J’exprime sur cette video ce que le projet du Musée de Confluences représente pour la ville de Lyon.

LE MUSÉE DES CONFLUENCES

Le Musée des Confluences est un musée placé a Lyon. Il a ouvert ses portes le 20 décembre 2014.

Le Musée des Confluences représente un projet dynamique adossé aux questions, enjeux et défis contemporains. Il illustre également le souhait de rester ouvert sur le monde, la volonté d’innover et le devoir de solidarité. C’est pourquoi, il sera un lieu de rassemblement pour tous, où chacun y trouvera, à sa convenance, pédagogie et plaisir, enseignement et détente, culture et citoyenneté. Cette exposition c’est l’occasion d’apporter des repères et des clés de compréhension sur le projet du musée

Depuis 1991 le Département du Rhône a la responsabilité du musée Guimet d’histoire naturelle de Lyon. Cet établissement nécessitant d’importants travaux de rénovation, tant au niveau de la structure que sur le plan de la muséographie, le Département accompagné par un groupe d’experts issus du milieu scientifique, culturel, économique et institutionnel, décide la création d’un nouvel espace dédié à la culture scientifique et aux enjeux de sociétés contemporains.

Pour l’implantation de ce nouvel équipement, le choix se porte sur le confluent du Rhône et de la Saône, lieu symbolique et puissant qui place ce bâtiment au cœur des projets de développement urbain de la ville de Lyon. En 2001, le cabinet d’architecture qui remporte la mise d’un concours architectural, es le cabinet autrichien Coop Himmelb(l)au qui propose un création architecturale forte, originale et en écho tant avec son site qu’avec le Project culturel du musée.

Le Département a entièrement financé l’investissement de cet équipement culturel d’ampleur internationale qui, dès l’année de son ouverture, collabore déjà avec l’Intermédiathèque de l’université de Tokyo, le musée de la Civilisation de Québec ou le Muséum américain d’histoire naturelle de New York.

En matière culturelle, le Département du Rhône ne s’est jamais contenté d’appliquer strictement une politique de développement de ses compétences obligatoires, à savoir la lecture publique (bibliothèques) et la conservation des archives départementales. Le Département a mené une politique volontaire et ambitieuse pour permettre au plus grand nombre, quels que soient le lieu d’habitation ou l’origine sociale, d’accéder à la culture, s’investissant notamment dans l’enseignement musical et la diffusion culturelle.

L’architecture du musée des Confluences naît de la rencontre d’un Cristal de verre et d’un Nuage d’inox, à l’image de la convergence des deux cours d’eau : le Rhône et la Saône. Sous ses 33 mètres de verrière, le Cristal a la fonction de place urbaine : un espace dédié a l’entrée du public et à la circulation de visiteurs, un lieu de rencontre et échange. Le Nuage contient, sous sa couverture d’inox, les salles dédiées aux expositions temporaires et permanentes.

LE CRISTAL – NUAGE DU SAVOIR

La société de l’avenir sera une société du savoir. Cependant il ne sera presque plus possible d’attribuer les connaissances à des domaines déterminés.

Les innovations ont lieu dans les intervalles, dans le flou et l’hybridation. Ce seront les domaines de transition tels que la technique, la biologie et l’éthique qui décideront l’avenir. La mutation des formes, la pénétration, la déformation, la simultanéité, la dissolution et la variabilité, tels seront les effets que ces thèmes ont sur l’architecture.

À travers de l’interaction, la fusion et la mutation de différentes entités, l’architecture qui en résulte se constitue en une nouvelle forme.

Le musée des Confluences ne se veut pas un temple de muses qui s’ouvre à une bourgeoisie intellectuelle seulement, mais se veut un lieu rendant accessible au grand public les connaissances de notre âge. En stimulant l’usage direct et actif il n’est pas seulement un musée mais aussi un lieu de rencontre au centre-ville. L’architecture hybride la typologie du musée avec la typologie d’un espace de loisirs urbain.

ESPACES DURS/ESPACES SOUPLES

L’idée de deux unités architecturales liées de façon complexe a été engendrée par le site de construction ayant un caractère de jonction. Le Cristal qui s’élève du côté de la ville a été conçu en tant que forum urbain et salle d’entrée pour les visiteurs. Ses formes si claires et faciles à comprendre symbolisent le monde que nous entoure chaque jour.

Le Nuage, quant à lui, fait référence aux connaissances à venir. C’est un espace mou de courants cachés et d’innombrables passages.

Dans le musée des Confluences, le présent et le futur, le connu et l’inconnu ont été conçus en un arrangement d’espaces qui essayent de « susciter la curiosité publique ». Le parc situé à la pointe sud de l’île se poursuit par un nouvel espace urbain ; il s’agit d’un paysage de rampes et de surfaces qui unifient l’intérieur et l’extérieur et qui se concluent en une séquence dynamique d’évènements spatiaux.

Ce mouvement se poursuit de même dans la structure alternante des salles d’exposition. Des boîtes noires fermées et des lieux d’expositions libres sont placés alternativement en utilisant la hauteur des pièces à deux étages. L’architecture est aussi variable que le contenu qui lui a été confié.

L’idée de constamment réinventer un événement urbain donnera à Lyon la possibilité de se positionner dans un contexte non seulement régional mais aussi global.

UN REGARD SUR LES SOCIÉTÉS HUMAINES

Depuis les origines des civilisations, l’humanité se construit sur la rencontre, l’échange et le partage. Le musée des Confluences a pour ambition de décrire et de faire comprendre l’évolution, les rêves et les interrogations des sociétés humaines dans le temps et l’espace.

UN PATRIMOINE RICHE

Les collections du musée sont les héritières du Muséum d’histoire naturelle et du musée Guimet de Lyon. Elles constituent un patrimoine riche dans quatre domaines : les sciences de la Vie, les sciences de la Terre, les sciences humaines et les sciences et techniques. Les collections se situent parmi les fonds patrimoniaux les plus riches en sciences naturelles et en ethnologie européenne.

LES ESPACES PERMANENTES D’EXPOSITION

Ce sont Quatre espaces. Une première salle aborde la question des origines de l’Univers et de l’Homme en mêlant deux approches et formes d’explication du monde : l’une scientifique, l’autre symbolique. Une seconde salle envisage Homo sapiens comme une espèce animale évoluant dans la maille complexe de la biodiversité. Le parcours interroge l’existence des êtres humains dans leur rapport à leur environnement naturel, social et intime.

Un troisième espace propose des histoires, d’ici i d’ailleurs, du passé et du présent, autour de trois thèmes : organiser, échanger, innover. Elle pose la question, dans une perspective d’avenir, de la participation et de l’engagement de l’individu dans la construction du « vivre ensemble ». Enfin, un dernier espace problématise la question de la mort dans les sociétés et de ses limites toujours repoussées par l’Homme. Une originalité : les espaces se différencient chacun par une direction scénographique forte.

LES ESPACES TEMPORAIRES DE PROGRAMMATION

Spectacles, conférences, évenementiels…

LE CHANTIER

ÉTAPE PAR ÉTAPE

LE RENFORCEMENT DU SOL ET DES FONDATIONS PROFONDES

Très rapidement, et alors que les bureaux d’études tournaient déjà à plein régime, les travaux préparatoires ont pu débuter. En effet, l’îlot, gagné siècle après siècle par l’accumulation de remblais nécessitait d’abord une consolidation de ses sols. Ainsi, environ 5000 colonnes de béton ont été réalisées sous le sol existant. De plus, certaines ont nécessité un renforcement ponctuel réalisé par la technique de micro pieux pour s’adapter aux évolutions de projet.

LE SOCLE

C’est tout simplement la base du musée. Celle sur laquelle le public déambulera. Organisé sur deux niveaux semi-enterrés, le socle abrite une multitude de locaux techniques pour la préparation et le stockage des expositions. Entièrement conçu en béton brut.

Plus techniquement, les quatorze poteaux monumentaux et trois piles qui viendront supporter la charpente métallique du Nuage contenant les salles d’expositions, traversent littéralement le Socle.

Contrairement aux poteaux élancés pleins en béton, les trois piles sont évidées pour accueillir les ascenseurs, les escaliers et monte-charges qui permettent le lien entre les salles d’stockage du Socle et les salles d’expositions du Nuage.

LE NUAGE

Le Nuage, c’est cet élément flottant qui abrite les salles d’expositions du musée.

Si le Socle peut paraître massif, la charpente métallique du Nuage n’en pas moins impressionnante.

Composée de deux structures – l’une représentant la structure porteuse, l’autre donnant la forme au Nuage – elles sont assemblées et boulonnées grâce à des boulons. La charpente métallique du Nuage ne sera plus visible une fois l’ouvrage achevé car majoritairement revêtue de complexes de façade finis par une enveloppe inox pour la partie extérieure et de plâtre ou de béton cellulaire pour la partie intérieure.

LE CRISTAL

Le Cristal c’est le point d’attraction du projet mais surtout l’entrée principale du musée des Confluences.

Cet ouvrage vitré est constitué d’une charpente primaire et d’une charpente secondaire support direct des vitrages. Les passerelles de liaison du musée s’enroulent autour d’un pied central appelé Puits de Gravité. L’ensemble est appuyé en partie sur la charpente du Nuage et repose sur le Socle béton grâce à importantes platines scellées. Les vitrages laisseront passer les rayons du soleil. Eté comme hiver, l’espace sera tempéré par les brise-soleil et le plancher chauffant/rafraîchissant.

L’ARCHITECTE

Wolf D. Prix, co-fondateur de Coop Himmelb(l)au, né en 1942 à Vienne, il compte parmi les initiateurs du mouvement d’architecture déconstructiviste qui émerge à l’occasion de l’exposition « Deconstructivist Architecture » au MoMA de New York en 1988. Il a été récompensé par de nombreux prix internationaux comme « the House of Music II » (Alborg, Danemark) ou la Banque Centrale Européenne (Francfort, Allemagne).

 

Licencia Creative Commons Contenido Web de Yolanda Muriel está sujeto bajo Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivadas 3.0 Unported.

Anuncios

Acerca de Yolanda Muriel
Arquitecta, ingeniera de edificación y Arquitecta técnica Barcelona, España

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: